De la pâtisserie en Art-thérapie

Aujourd’hui je vais vous parler pâtisserie… 

Effectivement, dans ce métier d’art-thérapeute, il faut avoir plusieurs cordes à son arc !

Je reçois une jeune fille de 9 ans en séance d’art-thérapie depuis quelques temps. Elle était déjà venue quelques années en arrière pour un problème que l’art-thérapie a réussi à solutionner. 

Nous commençons notre séance en individuel et elle me confie qu’elle pense qu’on la prend pour « un bébé » et qu’on ne lui fait pas assez confiance pour faire « des trucs de grandes ». Elle me donne l’exemple de la confection d’un gâteau : on ne la laisse pas faire tout, toute seule. Étant donné que nous travaillons sur la confiance en soi, ni une ni deux, je lui propose de faire un gâteau ensemble.

Je lui propose de faire ce gâteau toute seule de A à Z et je resterai à côté au cas où…

Elle réalise donc son gâteau avec fierté. L’angoisse monte au moment de mettre le gâteau au four. Là, il est important de lui montrer que j’ai confiance en elle et de la rassurer sur ses capacités. Bien évidemment, je lui avais donné toutes les protections nécessaires afin de ne pas se brûler. Je lui dis de respirer, de prendre son temps, et d’oser car elle peut y arriver. Elle réussit avec facilité et surtout avec joie !

Pendant que le gâteau cuit, nous en profitons pour finir un travail en peinture que nous avions commencé avant.

Ding ! Il est l’heure de sortir le gâteau du four… À nouveau, l’angoisse revient au moment de sortir le gâteau du four. Le stress s’empare d’elle. Je lui propose alors de soutenir son geste. Je ne fais pas à sa place, je place juste ma main sous la sienne pour l’accompagner. Une fois de plus, elle réussit cette étape.

Une fois le gâteau refroidi, elle décorera même le gâteau chez elle et m’enverra une photo.

Cette séance lui a permis de voir qu’elle était capable de faire les choses, du début à la fin, seule. Elle a même lavé la vaisselle ! Oui, c’est sympa de lécher le plat mais il faut aussi se responsabiliser et laver ce qu’on a sali ! Et pas qu’avec la langue !

Elle a réussi à dépasser son stress, en respirant et en se recentrant sur elle. Cela lui a permis de voir qu’elle pouvait dépasser ses limites qu’elle pensait avoir. (D’ailleurs, je vous parlerai des fausses croyances dans un autre article…)

Comme quoi, en art-thérapie nous faisons même des gâteaux au besoin !

Mon conseil d’art-thérapeute :

Il est important que vous montriez à votre enfant que vous lui faite confiance. Vous pouvez le responsabiliser en lui donnant des petites missions adaptées à son âge. Soyez là, à côté, pour l’accompagner et le soutenir par vos encouragements. Et surtout, ne faites pas à sa place, accompagnez-le. Cela aura beaucoup plus d’impact sur lui.

Et si le stress monte, aidez-le à respirer, à prendre le temps qu’il faut et à avoir confiance.

Votre enfant prendra confiance et se sentira plus responsable. Et petit bonus, cela renforcera votre relation avec votre enfant.

Peu importe son âge, il faut le laisser expérimenter et découvrir le monde pour pouvoir apprendre.